L’ASSOCIATION NATIONALE DES OFFICIERS DE CARRIÈRE EN RETRAITE (ANOCR) :

Un siècle de dévouement
au profit de la condition morale et matérielle des militaires

Présentation de l’article par le vice-amiral (2S) M. Olhagaray, président national

Le monde associatif est très lié à la société dont il est issu. C’est pour cette raison qu’il connaît à travers le temps des évolutions profondes car il répond, dans sa logique propre, à des besoins et à des impératifs différents.

C’est ainsi qu’une association centenaire comme l’ANOCR s’inscrit désormais dans le cours de l’histoire. C’est cette pérennité même qui en prouve la pertinence.

Il a fallu pour cela l’intuition profonde et tout le dévouement du Commandant Breynat réagissant à un besoin puissant de protection des retraités militaires et de leur famille. Ces besoins bien que désormais largement pris en charge par l’Etat, bien plus conscient qu’auparavant de ses responsabilités dans ce domaine, sont encore très présents dans une société ou la solidarité connaît encore quelques faiblesses.

Mais notre association n’aurait pu survivre et se développer sans l’apport inestimable de tous nos anciens anonymes soucieux du bien-être de leurs camarades dans le besoin et dans la peine. C’est aussi à tous ceux-là qu’il faut rendre hommage pour leur dévouement désintéressé.

C’est aussi de nos bienfaiteurs qu’il faut se souvenir car par leurs dons ils ont non seulement aidé l’ANOCR dans son action désintéressée mais ils lui ont aussi rendu le témoignage le plus évident à la qualité de son action.

A chaque époque correspondent des priorités. Avec la transformation rapide de nos armées vers la professionnalisation c’est tout le rapport de la Nation à son armée qui se trouve transformé à un moment où la force relative de la France dans le monde diminue dans un environnement toujours plus dangereux.

Dans cette prise de conscience, dans la nécessaire confrontation des idées, dans le soutien à nos armées mais aussi dans la défense des intérêts des militaires retraités l’ANOCR doit tenir et tiendra, là encore, toute sa place.

Go to top
Web Analytics