Un prochain dossier central très complet du Bulletin sera consacré à la prise en charge de ses blessés par notre Institution Militaire tant au niveau local (régiment, Hôpitaux des Armées) qu’au niveau central (cellules d’assistance aux blessés, Invalides, …). L’ANOCR elle-même prend sa part dans cette action fondamentale de solidarité.

Sans attendre, la rédaction vous propose la lecture de « Ma blessure de guerre invisible », traitant du stress post traumatique, qui peut êtrema blessure de guerre invisible commandé sur internet :  http://www.esprit-com.net/#!livres .

Engagé au sein d’une OMLT (Operation Mentoring Liaison Team) auprès d’une unité de l’ANA (Armée Nationale Afghane) comme infirmier à compétence combat, Sylvain FAVIERE a vécu 6 mois intenses en Afghanistan. Comme beaucoup, il n’en est pas rentré indemne.

Devant la difficulté à communiquer avec ses proches, on a tendance à se refermer comme une huitre et à tout intérioriser. C’est le stress post traumatique. Petit à petit, on se comporte différemment. Le premier pas consiste à en prendre conscience et à en parler à un médecin. Ensuite vient le traitement, long et délicat. Mais on n’oublie pas.

C’est ce parcours que Sylvain décrit dans « ma blessure de guerre invisible ». Un témoignage poignant. Après sa lecture nous ne pouvons plus parler avec ceux qui rentrent d’OPEX comme avant.

Il a aussi décidé, et c’est tout à son honneur, de reverser les revenus de cet ouvrage à l’association Terre-Fraternité. 

Dossier de presse

Le Journal de la Défense

journal de la defense

Opération Barkhane,
au plus près de l'armée malienne

Go to top
Web Analytics