presidentMes chers camarades

L’agenda gouvernemental concernant la éfense se met en place conformément aux prévisions. Après l’édition d’une revue stratégique de qualité et un budget 2018 globalement satisfaisant malgré quelques faiblesses abondamment soulignées, la nouvelle Loi de Programmation Militaire a vu le jour. Au premier coup d’œil elle peut être scindée en deux périodes : celle qui couvre la fin du quinquennat actuel avec une augmentation annuelle de 1,7 Milliards d’euros et les années suivantes qui verraient une augmentation annuelle de 3 Milliards d’euro, avec le risque du « demain on rase gratis ».

Cette répartition obéit à une certaine logique qui avait été exposée en son temps par l’ancien CEMA en raison des très importants besoins de financement de la Force de dissuasion nucléaire à partir de 2020.

La politique de défense a un besoin impérieux de continuité et, si possible, de soutien politique unanime dans cette période de redressement indispensable. Nous pourrons ainsi juger si notre classe politique sera aussi constante pour confirmer cette tendance qu’elle l’avait été pour litté- ralement laminer nos forces armées depuis presque 30 ans malgré les multiples engagements militaires et la recrudescence des dangers.

A court terme la priorité est mise sur l’homme, le combattant, et la consolidation de nos forces dont les matériels sont délabrés par la multitude d’engagements et leur moindre adéquation aux théâtres actuels, il en est plus que temps car nos hommes payent régulièrement un lourd tribut au Sahel en partie en raison de ces déficiences. Désormais se présente aussi devant nous le vaste chantier de la défense de l’Europe dont chacun mesure à la fois la nécessité et la complexité dans une Europe à plusieurs vitesses, mais ce problème-là est aussi important que les autres volets économique ou social. Ce sera aussi un des enjeux des prochaines élections européennes. Nos réflexions et nos projets nationaux devront intégrer cette dimension spéciale et nouvelle de multilatéralisa- tion de la défense sans qu’en pâtisse l’efficacité de nos forces armées.

Bon vent à tous.

V.A. (2s) Michel OLHAGARAY
Président de l’ANOCR

presidentMes chers camarades

Nous voici entrés dans un hiver rigoureux certes mais porteur d’un certain espoir dans l’amélioration de la vision qu’ont nos responsables politiques de la défense de notre pays et de la voie, étroite certes, mais indispensable à emprunter pour son redressement.

La revue stratégique nouvellement menée sous la direction de M. A. Danjean, député européen, répond plutôt bien à nos attentes, vous en lirez ici l’analyse des bases ainsi posées qui préfigurent une Loi de Programmation Militaire répondant, nous l’espérons, aux besoins criants de nos armées.

Nous avons aussi étudié attentivement l’exécution du budget de la défense pour 2017 et la trajectoire budgétaire de 2018.

Autant la première se révèle chaotique, autant la seconde nous permet de nourrir quelque espoir de redressement malgré un niveau de commande de matériel modeste et, à nouveau, une sous-estimation manifeste du coût des OPEX.

Le Plan de soutien des familles proposé par Mme la ministre de la défense est une initiative heureuse certes, mais indispensable tant le retard dans de nombreux domaines s’est accumulé, obé¬rant de façon inquiétante l’attractivité du métier militaire.

Ainsi, vous le voyez, ces sujets qui nous sont chers évoluent dans le bon sens ; nous pouvons simplement nous demander encore si cet effort sera suffisant, sera continu et surtout s’inscrira dans un projet et efficace pour l’avenir de notre pays, nous le saurons bientôt.

Restons attentifs vigilants mesurés pour aider nos armées et leurs chefs objectifs avec une plus grande sérénité.

Je vous présente au nom de votre conseil d’administration mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

VA. (2s) Michel OLHAGARAY Président de l’ANOCR

presidentAu terme d’une trop longue séquence électorale qui n’a pas permis que s’instaure un débat sur le fond de tous les problèmes, les scrutins montrent un clivage profond de la société française alors que Monsieur Emmanuel Macron a été élu Président de la République.

Il faut maintenant que la France soit gouvernée comme les français l’ont souhaité et l’émergence d’une majorité stable en est l’un des éléments essentiels.

Ces dernières semaines ont montré l’envie d’un pouvoir clair, différent et renouvelé ainsi qu’une certaine adhésion de nos concitoyens aux choix nouveaux qui leur sont proposés.

Les chèques en blanc n’existent pas en politique mais dans la situa¬tion où se trouve notre pays le besoin est fort de la restauration de la confiance et de la fierté nationale, indispensables pour un dynamisme et une confiance retrouvés.

Nous souhaitons que notre pays retrouve sa place dans le concert des nations où il doit continuer à défendre avec force des valeurs d’huma¬nisme et d’ordre.

Nous souhaitons une politique de défense claire et forte pour assurer en tous temps la sécurité de notre pays dans ce monde dangereux ainsi que l’émergence d’une Europe nouvelle plus solidaire dans l’action. Après viendront les moyens qui doivent être eux aussi à la hauteur des enjeux politiques et des besoins de nos forces armées ces derniers temps trop chichement comptés.

Nous souhaitons aussi que le soutien du soldat s’amplifie avec une attention toute particulière portée aux veuves de militaires dont la situation doit être examinée de très près. À cet effet un groupe de travail a été créé au sein du CPRM à l’initiative de l’ANOCR ; nous espérons que cette étude sera également prise en compte par le CSFM dont les membres sont concernés au premier chef.

Mais que de temps passé en attente dans un monde qui bouge vite !

C’est certes là le prix de la démocratie !

Maintenant nous attendons que les promesses soient tenues.

Dans ce monde nouveau où chacun devra s’efforcer de trouver au plus vite ses nouveaux repères je vous encourage à rester vigilants et actifs, soyez assurés que nous le serons aussi pour vous, mais dans les combats difficiles que nous devrons mener il nous faudra être surtout toujours plus nombreux et mobilisés pour être encore plus efficaces.

Bon courage et bon été à tous.

presidentMes chers camarades

Ce fut un épisode désolant, déstabilisant même tant les circonstances malheureuses qui ont conduit au départ du CEMA nouvellement reconduit dans ses fonctions furent brutales et maladroitement gérées.

Mais rendons avant tout au General de Villiers l’hommage qu’il mérite pour sa droiture et son sens élevé du devoir d’un vrai chef. Son départ empreint de simplicité et d’une forte dignité a été à la hauteur de l’estime que chacun lui porte, estime qui ne s'achète pas, chez nous elle se mérite.
Oh, les armées ne failliront pas, certes ! Mais la confiance indispensable à l’exercice de leurs responsabilités particulières est atteinte, durablement peut-être.

Et me vient à l’esprit la remarquable conférence du général Irastorza, ancien CEMAT, prononcée en 2015 lors de notre AG. Il traita devant nous des rapports complexes du politique et du militaire durant la guerre de 14-18. Peu de chose ont changé apparemment et cela impose désormais que de nouveaux liens de confiance puissent rapidement s’établir entre le chef des armées et les chefs militaires.
Je vous engage à lire son analyse actualisée à la lumière des derniers événements qui est mise en ligne sur le site de l’ANOCR.
Mais ce qui est plus complexe à cerner ce sont les conséquences de tout cela au sein du corps social, nous verrons sur le long terme si les atteintes dont a été l'objet un des piliers de la nation connaîtront un écho plus profond.

Il nous faut désormais apporter au général Lecointre, notre nouveau CEMA, tout le soutien nécessaire à l’accomplissement de sa mission dans le droit fil de l’action de son prédécesseur car les mêmes causes entraînent souvent les mêmes effets, mais il lui faudra aller de l’avant à sa manière, sans céder sur la vérité qu’il doit au peuple français et à ses représentants élus.

Les promesses sont faites pour être tenues, c’est à cette aune que nous jugerons l’action du gouvernement, particulièrement dans le domaine du budget et surtout de son exécution.
Mais avant cela les travaux de la « Revue stratégique » auront été achevés et la ministre des armées aura présenté son « Plan familles » concernant le soutien des familles de militaires.

Des conséquences rapides en auront été peut-être tirées préfigurant le lancement de la future loi de programmation, nous y serons extrêmement attentifs.
De même que le soutien de la nation aux veuves et orphelins de militaires morts en service devra faire l’objet d’une attention toute particulière,

Une mesure spécifique est d’ores et déjà prévues dans le projet de loi de finances 2018, elle concerne l’ harmonisation des pensions de réversion des conjoints de militaires rayés des contrôles avant le 3 août 1962 pour laquelle votre association s’est beaucoup battue, c’est le résultat d’un long combat que vous avez suivi dans nos colonnes, réjouissons-nous que justice soit enfin rendue.

Bonne rentrée à tous.

V.A. (2s) Michel OLHAGARAY
Président de l’ANOCR

presidentMes chers camarades

La nation toute entière est mobilisée pour l’exercice démocratique capital que constitue l’élection du président de la république.

Je ne m’étendrai pas sur les vicissitudes des diverses candidatures, vous les connaissez aussi bien que moi et avez encore largement le temps d’affiner votre jugement pour le choix qui se présente à vous.

Il semble bien que la scène politique soit en recomposition forte et devant cette incertitude nous devons résister et construire en réfléchissant, en participant et si possible en unissant nos forces pour au moins maintenir les valeurs profondes que nous partageons, mais aussi pour accompagner l’évolution permanente de la société vers plus d’égalité plus de responsabilité et plus de fraternité dans une cohésion nationale plus forte.

En ce qui concerne la défense, les priorités ont été parfaitement exposées par le CEMA qui attend désormais que soient définies les directions politiques du nouveau pouvoir, car il ne sert pas à grand-chose de brandir des objectifs de budgets et de moyens si auparavant n’ont pas été déterminées les missions de nos armées. Sans s’encombrer de nouveau Livre Blanc dont on perçoit chaque fois les faiblesses et l’efficacité relatives, mais fondée sur des directives politiques claires bâtissons une loi de programmation militaire de 5 ans basée sur la durée du mandat présidentiel.

Concernant le territoire national, notre sécurité journalière et les liens très forts qui s’y tissent chaque jour davantage, ne laissons pas en friche le chantier de la Garde Nationale qui certes doit connaître des évolutions et des adaptations mais connait un démarrage prometteur qui exige maintenant de la constance dans l’effort afin de porter les fruits attendus.

N’invoquons ni la chance ni l’homme providentiel, le prochain président sera l’élu d’un peuple qui devra se montrer fort et uni quel que soit le résultat.

Bon vent à tous.

Le Vice-Amiral (2S) Michel OLHAGARAY - Président de l’ANOCR

Page 1 sur 2

Go to top
Web Analytics